Recherche

Inside Job Log

"You cannot rely on someone else to make you feel alive: it's an inside job"

Catégorie

Société

Random thoughts #377

Solitude and loneliness are two very different things. People often confuse them. Especially French speaking people because they are translated by the same word.

Solitude is something you choose. It elevates you. It allows you to dig into your thoughts. It forces you to get to know who you are. 

Loneliness is something that is imposed upon you, by life, by circumstances, by others. It makes you feel you’re not worthy. It oppresses you when you’re in the middle of a familiar crowd. It darken your thoughts and feelings. 

I choose love

Aujourd’hui plus que jamais c’est décidé, #JeSuisAMOUR ❤❤❤❤

Hier j’ai passé l’après-midi avec une petite fille de 6 ans pleine de rire et d’espièglerie et de patience comme seuls les enfants savent l’être.
Et hier nous avons vu des gens se marier (la robe était affreuse mais ça c’est un autre problème 😜). Ils étaient entourés de proches et ça riait et ça respirait la joie et la bienveillance.
Et hier j’ai passé la soirée avec une amie que je n’avais pas vu depuis trop longtemps. On a fait nos filles, on n’a mangé des cochonneries sans se demander comment on rentrerait dans nos pantalons le lendemain, on a parlé de trucs futiles et simples et tellement drôles, on a échangé des hugs magiques.
Et hier en rentrant chez moi, un inconnu m’a offert un verre de vin juste parce que « je vous ai vu approcher de mon restaurant et avec vos cheveux dans le vent et votre haut estival, vous ressemblez à une fleur et en ce moment, on a tous besoin de fleurs »🌻

Avec tout ce qui ce passe c’est compliqué je sais… les gens sont plein de tristesse et/ou de colère, ils cherchent quelqu’un ou quelque chose à blamer pour cette tragédie qui dépasse notre entendement de simples mortels : l’islam, le gouverment, l’immigration, etc… et parce que parfois certaines horreurs n’ont pas de sens et parce qu’ils ont peur, ils choisissent la facilité plutôt que ce qui est juste… (Merci à Albus D. pour cette citation 😉)
N’importe qui qui soit un peu spirituel ou religieux ou qui ait déjà eu à faire face à la dépression ou à une situation traumatique, sait qu’il est beaucoup plus facile de céder à des émotions et des sentiments négatifs même si à terme ils nous font plus de mal, que s’accrocher aux positifs.

Donc aujourd’hui, plus que jamais, j’ai choisi de me concentrer sur ce qui rapproche plutôt que sur ce qui divise, j’ai choisi l’ouverture plutôt que le repli, j’ai choisi l’espoir plutôt que la peur, j’ai choisi la résilience plutôt que la résignation… bref, j’ai décidé : #JeSuisAMOUR ❤💙💚💛💜 #BisounoursSoWhat

Pray for the Mothers

J’étais tellement retournée hier soir par cette histoire de « je n’aime pas les trop noirs » que je suis allé me coucher super tôt. Tant mieux parce qu’avec les news de Nice en plus du reste, je n’aurais définitivement pas fermé l’oeil. 😢💔

Ma 1ere pensée au réveil à été : »qu’est ce qui me définit en tant que personne? Qu’est ce qu’on voit quand on me regarde? »
Ça c’était avant d’attraper mon téléphone et de découvrir les infos sur l’attaque… Et la ma 2eme pensée a été : »mon dieu quel monde on est en train de laisser à nos enfants?…  »
Puis après avoir lu quelques articles et surtout les commentaires des internautes : »qu’est ce que notre façon de réagir dit de notre humanité et de nos valeurs? »

Franchement, près de 2h plus tard, je n’ai la réponse qu’à la première question. Et encore, je pense que ça mériterait d’être développé.

J’ai mal pour tout ceux qui ont perdu un proche et/ou un être cher hier.
J’ai mal pour tous mes frères musulmans qui vont devoir se sentir obligé ou pire, être sommé d’expliquer la barbarie de certains.

Et je ne peux pas m’empêcher d’avoir mal pour les mères des types qui conduisaient cette bagnole…
À chaque fois qu’il y a un attentat, je pense aux mamans de ces gens…
Comme on n’a arrête de me le répéter, je ne suis pas mère i.e. je ne sais pas ce que c’est qye de devoir élever un enfant, ni ce qu’on ressent. Mais je ne peux pas croire qu’une seule de ces femmes ait voulu que son gosse devienne un individu plein de préjugés et de haine envers ceux qui ne sont/pensent pas comme lui…
Alors oui, je pense à ces mères et j’ai mal pour elles aussi…

… l’étroitesse d’esprit des gens est à son apogée en ces temps troubles… tant chez les exécutants, que les victimes, que les observateurs… Chacun se repli sur soi, sur ses idées reçues, sur ses préjugés, sur ses convictions… on ne fait plus avec l’autre, on fait contre ou en dépit de l’autre… choisir de tendre la main plutôt que de serrer le poing : serait ce là le véritable défi de notre temps ?…

« Le travail n’est pas une valeur. […] Une valeur c’est ce qui vaut par soi. Ainsi l’amour, la générosité, la justice, la liberté… Pour aimer, vous demandez combien ? Ce ne serait plus amour mais prostitution. Pour être généreux, juste, libre, il faut qu’on vous paye ? Ce ne serait plus générosité mais égoïsme, plus justice mais commerce, plus liberté mais esclavage. »

Le monde me fait mal

Je me fais souvent l’effet de Arwen dans le Seigneur des Anneaux qui « ne résistera pas longtemps au mal qui s’étend sur cette terre ».
I suppose there is such a thing as too much sensitivity and empathy after all…
Je ressens physiquement les plaies et les travers du monde et de l’humanité. Mon estomac, ma peau, mon coeur : mes émotions agressent mon corps.
Et les temps ne sont pas avares en source de peine.
Un gamin sdf de 18 ans condamné à 2 mois de prison pour avoir voler de quoi manger pendant que des Balkany dirigent encore des villes ;
Une jeune fille de 16 ans violée par une trentaine d’hommes adultes qui ont pris le temps de filmer l’agression et de la diffuser sur les réseaux sociaux ;
Une vieille femme ayant subit une mastectomie, obligée de se promener torse nu pour faire la manche et se nourrir ;
Un gamin de 7 ans est abandonné par ses parents à l’entrée d’une forêt pour le punir ;
Et que dire de Donald Trump, Menard, Le Pen et autre Hofer?…
J’ai mal au monde… 💔

#LesCompétencesDabord : now what ?

Et donc… la  nouvelle campagne #LesCompétencesDabord du gouvernement, on en parle ou pas ?…

Je suppose qu’on peut les féliciter d’avoir enfin ouvert les yeux sur le fait qu’il y a un véritable problème sur cette  question en France. Et d’avoir réalisé que ôter le mot « race » de la constitution n’allait pas comme par magie faire disparaître les comportements discriminatoires, volontaires/conscients ou non.

Et en même temps, à chaque fois que je croise ces affiches (en tout et pour tout, 4 fois et pas dans des quartiers d’affaires), ma réaction est « oui et alors? ». Ne me dites pas qu’ils sont naïfs au point de croire que c’est ça qui va changer les mentalités ou inciter les recruteurs à ne pas éliminer d’office les CV aux noms « ethniques »…

Que ça plaise ou pas, il n’y a que la loi qui peut changer les choses. Les décisions juridiques précédent (trop?) souvent, voire induisent les évolutions societales.  Si Robert Badinter avait attendu une opinion publique favorable, on aurait encore la peine de mort en France ; si Simone Weil avait tenu compte de l’avis majoritaire, la loi sur l’IVG n’aurait pas été votée.

Avec cette campagne, l’Etat reconnaît que à compétences égales, un employeur va embaucher un blanc plutôt qu’une personne « racée », de la même manière que à compétences égales, il pourrait préféré un homme à une femme ou une personne valide à un handicapé. Pourquoi c’est OK de légiférer sur les 2 derniers cas et d’imposer des quotas (ça y est, le mot est laché), mais ne le serait pas dans le premier cas ?

Random thoughts #167

Sometimes I wish my addiction was alcohol or drugs or that eating disorder was anorexia rather than food and bulimia. The former seem to be more socially acceptable.

Rupture amicale

Yes, that is indeed a thing…
Je ne sais pas pourquoi on en parle pas, pourquoi il n’y a pas ou peu de livres, de films, d’articles sur le sujet.
J’ai la chance de ne pas l’avoir expérimenté souvent. Je suis très fidèle en amitié comme en amour (attention : fidèle ne veut pas dire exclusivité… mais ça c’est un autre sujet), j’ai beaucoup de connaissances plus ou moins proches mais très peu d’amis. Ils me sont par conséquent très précieux. Quand on y réfléchit, ce sont les seuls relations qu’on a réellement choisi : on ne choisit pas sa famille, ni de qui on tombe amoureux; on choisi peut-être son job mais pas ses collègues. Devenir amis est une décision. Parfois parce qu’on partage des centres d’intérêt, plus souvent parce qu’on a les mêmes valeurs, parce qu’on se ressemble au coeur. Pour un regard extérieur, je n’ai absolument rien en commun avec certains de mes amis, d’ailleurs on a souvent droit à la phrase « mais comment ça se fait que vous soyez amis tous les deux?… ». On se retrouve sur l’essentiel et c’est le plus important.
J’ai trouvé cette très jolie définition dans un article.

L’amitié est quelque chose de très pur. C’est l’une des rares relations qui, aujourd’hui, ne soit pas contractualisée. Un vrai choix qui n’est tenu par rien d’autre qu’une volonté commune. C’est une relation unique et cette fragilité en fait la beauté. En amour, le lien peut tenir aux enfants, au désir sexuel. On peut même être attiré par quelqu’un qui ne nous fait pas du bien. L’amitié est bien moins équivoque.

Je peux compter sur les doigts d’une main le nombre de fois où j’ai rompu avec un ou une ami-e. La première fois j’avais 18 ans et pourtant la douleur est encore vivace aujourd’hui. Sur le moment (et encore aujourd’hui), c’est difficile à dire et à expliquer cette douleur particulière. Les gens comprennent la peine de coeur amoureuse, elle leur est familière sans doute parce qu’ils y sont exposés. La peine de coeur amicale semble être un grand mystère.
« Mais pourquoi t’es aussi bouleversée? C’est pas comme si ton mec t’avais plaqué! »
Ben non. C’est juste la personne en qui j’ai confiance, celle à qui je confie mes déboires et doutes, celle qui me fout un coup de pied au cul quand il faut, qui me caresse les cheveux quand je prends une cuite… alors oui, ça fait mal et j’aimerais bien qu’on reconnaisse enfin cette douleur.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :